Utopia Wow


 

Partagez | 
 

 Post qui ne sert a rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
potui 

avatar

Masculin Age : 25
Date d'inscription : 18/10/2009
Nombre de messages : 1031
Emploi/loisirs : Futur ingé / Volley-ball

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 10:47

BORNOIR!!!!!!!!!!!!!!! alors que deviens tu avec les naabs d'open wow avec helio et tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Contacter potui :
Invité 
Invité



MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 11:04

Moi je sais pas. Question
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Invité :
Elferox 
Administrateur
avatar

Masculin Age : 32
Date d'inscription : 06/11/2008
Nombre de messages : 1423
Emploi/loisirs : Opticien

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 12:40

Heu Sumire, avec ton vampire tu viens de me prendre 1,17L de sang... GAME OVER... vu l'état de mon sang ce matin, ton vampire ne va pas décuiter avant au moins 48h....! Sleep

_________________
"Qu'est c'qu'on met tous les matins entre la feuille et l'tabac? ... "Du café!" Ok... Cet' chanson s'appelle "Café".", Ludwig von 88. (Live)
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Elferox :
potui 

avatar

Masculin Age : 25
Date d'inscription : 18/10/2009
Nombre de messages : 1031
Emploi/loisirs : Futur ingé / Volley-ball

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 12:55

Elferox a écrit:
Heu Sumire, avec ton vampire tu viens de me prendre 1,17L de sang... GAME OVER... vu l'état de mon sang ce matin, ton vampire ne va pas décuiter avant au moins 48h....! Sleep

haha enorme Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contacter potui :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 21:37

Potui elle me fait vraiment marrer ta photo de profil ^^

Tu es dessus ? Si oui ou ? Wink Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
potui 

avatar

Masculin Age : 25
Date d'inscription : 18/10/2009
Nombre de messages : 1031
Emploi/loisirs : Futur ingé / Volley-ball

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 21:42

ouaip à droite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contacter potui :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 08 Mai 2011, 22:32

Et elle etait bonne Blanche neige ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
Invité 
Invité



MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Mer 25 Mai 2011, 16:24

Record battu 30 minutes sans décrocher un téléphone. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Invité :
Tulhgar 

avatar

Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2010
Nombre de messages : 2112
Emploi/loisirs : Batterie

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Sam 11 Juin 2011, 19:30

Faut pas flood les candidatures, venez plutôt flood içi :p


_________________


Non, mais j'suis bodien... je respect ton avis mais c'est pas le mien, donc c'est forcement pas le bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Tulhgar :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Sam 11 Juin 2011, 19:44

Joan Jett elle roxxxxxxx Cool
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
potui 

avatar

Masculin Age : 25
Date d'inscription : 18/10/2009
Nombre de messages : 1031
Emploi/loisirs : Futur ingé / Volley-ball

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Sam 11 Juin 2011, 19:54

lol +1 tul
Revenir en haut Aller en bas
Contacter potui :
Tulhgar 

avatar

Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2010
Nombre de messages : 2112
Emploi/loisirs : Batterie

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Sam 11 Juin 2011, 20:14

Lire a haute voix

Ceci est ceci chat
Ceci est est chat
Ceci est une chat
Ceci est manière chat
Ceci est de chat
Ceci est tenir chat
Ceci est un chat
Ceci est con chat
Ceci est occupé chat
Ceci est pendant chat
Ceci est au chat
Ceci est moins chat
Ceci est 60 chat
Ceci est secondes chat

Maintenant, vous n'avez évidemment rien compris, revenez au début et ne lisez que le troisième mot de chaque ligne...

_________________


Non, mais j'suis bodien... je respect ton avis mais c'est pas le mien, donc c'est forcement pas le bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Tulhgar :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Sam 11 Juin 2011, 23:05

lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
Tulhgar 

avatar

Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2010
Nombre de messages : 2112
Emploi/loisirs : Batterie

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 12 Juin 2011, 01:16


_________________


Non, mais j'suis bodien... je respect ton avis mais c'est pas le mien, donc c'est forcement pas le bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Tulhgar :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 12 Juin 2011, 22:53

Depuis quelques temps je me met à écouter de vieilles chansons, ça me fais bizzarre, j'ai peur de devenir un vieux... Aaaaaarh
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
auregperret / taladas 
Administrateur
avatar

Masculin Age : 23
Date d'inscription : 12/04/2009
Nombre de messages : 580

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Dim 12 Juin 2011, 23:15

ya une séance pour voir Rango a Moscou dans 2heures au cinéma.

ne me remerciez pas, je suis ravi de vous avoir rendu ce service.

_________________


retrouvez ma galerie d'images sur facebook en suivant ce lien Smile 
https://www.facebook.com/pages/Taladas-Utopia/255905557862708?fref=ts[img(120px,60px)]
Revenir en haut Aller en bas
Contacter auregperret / taladas :
Invité 
Invité



MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Lun 13 Juin 2011, 09:17

Ca sert à rien c'est inutile donc ca correspond bien au post. Merci Aureg.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Invité :
Tulhgar 

avatar

Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2010
Nombre de messages : 2112
Emploi/loisirs : Batterie

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Lun 13 Juin 2011, 12:00

Moué.









































Utopia !

_________________


Non, mais j'suis bodien... je respect ton avis mais c'est pas le mien, donc c'est forcement pas le bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Tulhgar :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Lun 13 Juin 2011, 21:17

Chuck Norris ne ment pas, c'est la vérité qui se trompe.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
Sajafar 

avatar

Masculin Age : 25
Date d'inscription : 02/11/2009
Nombre de messages : 444
Emploi/loisirs : Etudiant

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Lun 13 Juin 2011, 23:23

auregperret / taladas a écrit:
ya une séance pour voir Rango a Moscou dans 2heures au cinéma.

ne me remerciez pas, je suis ravi de vous avoir rendu ce service.


Je kifff XD
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Sajafar :
Tulhgar 

avatar

Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2010
Nombre de messages : 2112
Emploi/loisirs : Batterie

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Lun 20 Juin 2011, 18:31

Je sert tellement a rien que je viens poster ici ... Les gens go flood un peu !

_________________


Non, mais j'suis bodien... je respect ton avis mais c'est pas le mien, donc c'est forcement pas le bon ...
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Tulhgar :
Laxatif 



Masculin Age : 20
Date d'inscription : 13/10/2010
Nombre de messages : 496
Emploi/loisirs : Elève de 3ème // Architecture, r'n'b, informatique,…

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Jeu 23 Juin 2011, 11:13

Citation :
les gens go flood un peu

A vos ordres !




Accent circonflexe en français


Les cinq lettres de l'alphabet portant un circonflexe en français.
L'accent circonflexe est l'un des cinq diacritiques utilisés en français. Il vient coiffer les voyelles a, e, i, o et u.

Il a trois fonctions principales, qui ne s'excluent pas :

il précise la prononciation d'un a, d'un e ou d'un o ;
il indique l'amuïssement d'une ancienne lettre ;
il sert, fortuitement, de signe discriminant (c'est donc un diacritique au sens étymologique) permettant de distinguer des homophones.
Dans certains cas, le circonflexe n'a aucun rôle linguistique précis.

Premières utilisations

Le circonflexe est apparu pour la première fois en français (voire dans la typographie occidentale) au XVIe siècle. C'est le grec ancien, tel que typographié à l'époque (et encore maintenant pour l'essentiel), qui lui a fourni ce diacritique, constitué simplement de la réunion d'un accent aigu et d'un grave (pour l'histoire de l'accent circonflexe grec, consulter l'article Diacritiques de l'alphabet grec). Il semble que l'anatomiste et grammairien Jacques Dubois, dit Sylvius, soit le premier à l'avoir importé pour sa langue (bien qu'il ait écrit en latin).

Plusieurs grammairiens de ce siècle ont tenté de lui donner un rôle dans l'orthographe de leur langue, rôle qu'il n'a pas forcément conservé. Il faut en effet attendre le XVIIIe siècle pour que son utilisation soit normalisée et devienne proche de celle qu'on lui donne aujourd'hui.

Chez Jacobus Sylvius


Sylvius fait du circonflexe l'indicateur de diphtongues graphiques (ou fausses diphtongues, puisque le français de cette époque n'a déjà plus de diphtongues prononcées). Il indique la motivation de ses choix dans son ouvrage Iacobii Sylvii Ambiani In Linguam Gallicam Isagoge una, cum eiusdem Grammatica Latinogallica ex Hebraeis Graecis et Latinus authoribus (« Une introduction à la langue gauloise [française] ainsi que sa grammaire à partir d'auteurs hébreux, grecs et latins », éditée par Robert Estienne en 1531), sorte d'étude grammaticale de la langue française écrite en latin dans laquelle il s'appuie principalement sur la comparaison entre les langues antiques et le français pour expliquer les spécificités de sa langue (à cette époque, on ne conçoit pas encore de décrire une langue moderne autrement que par rapport aux modèles grec et latin). On lit, au début de l'ouvrage (10e page non numérotée), la liste de ses conventions typographiques. Il y présente brièvement le circonflexe, qui sera décrit en détail plus loin :

aî, eî, oî, oŷ, aû, eû, oû, diphthongorũ notæ, vt maî, pleîn, moî, moŷ, caûſe, fleûr, poûr, id eſt maius, plenus, mihi, mei, cauſa, flos, pro.
Traduction : « aî, eî, oî, oŷ, aû, eû, oû, sont les représentations des diphtongues, comme dans maî, pleîn, moî, moŷ, caûse, fleûr, poûr, c'est-à-dire, en latin, maius, plenus, mihi, mei, causa, flos, pro. »[1]
Sylvius est bien conscient qu'il s'agit dans ce cas d'une notation purement graphique car il reconnaît que de diphtongues, ces digrammes ne portent que le nom (ce qui suit ne concerne que aî ; page 8 ) :

Nanque [sic] aî Græcis propriam, Latinis quibuſdam poetis vſurpatam, non æ, ſeu ε cum Græcis : non aï diuiſas vocales cum poetis Latinis, ſed aî vna ſyllaba vtriuſque vocalis ſonum leniter exprimente, pronuntiamus [...].
Traduction : « En effet [Sylvius vient d'indiquer que les voyelles des diphtongues françaises sont rarement séparées], pour aî, diphtongue propre au grec et empruntée par quelques poètes latins, nous ne la prononçons pas æ [c'est-à-dire aé /ae/, comme en latin] mais plutôt ε [c'est-à-dire è /ɛ/], comme en grec : ce n'est pas aï avec les voyelles séparées, comme chez les poètes latins, mais aî, en une seule syllabe, le son de chaque voyelle étant légèrement exprimé. »[2]
L'accent circonflexe s'oppose, pour les mêmes groupes de lettres, au tréma (placé aussi entre les deux voyelles). Le problème est que, comme le signale Sylvius, on ne trouve que peu de cas pour lesquels les lettres de ces groupes doivent être prononcées séparément : traî (« je trais ») ~ traï (« je trahis »), ce qui est normal : le français de cette époque n'a plus de diphtongues réelles, les quelques cas signalés étant plutôt des coalescences, comme pour trahis, qui ne se prononce du reste pas comme l'anglais try /traj/. Sylvius fait cependant grand usage de ses trémas pour la notation des sons grecs ou latins. Cette notation opposant les diphtongues graphiques aux « diphtongues » orales est cependant tout artificielle pour le français. L'accent circonflexe ne se justifie pas, le tréma suffisant amplement pour les quelques formes ambiguës (dont voilà un exemple).

De cette notation, il ne reste rien dans l'orthographe actuelle, qui n'a gardé que le tréma (Sylvius n'en est cependant pas l'inventeur). Pourtant, ce grammairien met le doigt sur un problème important ; il explique en effet qu'à son époque eu est une graphie ambiguë :

c'est soit [y] comme dans sûr, mûr, écrits ſeûr, meûr ;
soit [œ] comme dans cœur, sœur, écrits par Sylvius au moyen d'un accent circonflexe surmonté d'un macron, diacritique qu'on ne peut reproduire ici (on se contentera de séparer les deux diacritiques ; voir image ci-dessus) : cêūr, ſêūr.
Or, cette ambiguïté sera, plus tard, bel et bien levée au moyen du circonflexe (seur → sûr). Sylvius avait tout de même ouvert la porte aux réflexions sur la manière d'utiliser des signes auxiliaires pour bien écrire.

Chez Étienne Dolet

Étienne Dolet, dans sa Maniere de bien traduire d'une langue en aultre : d'aduantage de la punctuation de la langue Francoyse, plus des accents d'ycelle (1540), utilise le circonflexe (écrit cette fois-ci entre deux lettres) pour marquer trois métaplasmes :

La syncope (disparition d'une syllabe interne) : lai^rra, pai^ra, urai^ment (vrai^ment), don^ra pour laiſſera (laissera), paiera, uraiemẽt (vraiment), donnera. Il ne faut pas perdre de vue qu'avant le XIVe siècle, le e caduc écrit est prononcé en toute position. On disait donc paiera [pɛəra] et non [pɛra]. C'est à partir de cette époque, cependant, que le e caduc a commencé à s'amuïr en hiatus, ce dont attestent les formes syncopées citées par Dolet, qui sont maintenant les seules correctes (paiera prononcé [pɛra], vraiment). D'autres syncopes citées, cependant, ne sont pas restées (la voyelle a été réintroduite par suite de réfections) et choquent l'oreille : lai^rra [lɛra] (maintenant /lɛsəra/ ou /lɛsra/), don^ra [dɔ̃ra] (maintenant /dɔnəra/ ou /dɔnra/).
L'haplologie (suppression de phonèmes répétés ou proches). Dolet cite des formes qui, actuellement, ne se disent plus : au^ous (av^ous), n^auous (n^avous) pour auez uous (avez-vous) et n'auez uous (n'avez-vous).
La contraction d'un é suivi d'un e caduc de féminin au pluriel, possible en poésie, qui donne un é long [eː] (rappelons que le e caduc en fin de mot a été prononcé jusqu'au XVIIe siècle). Toutes les formes que Dolet cite sont les seules considérées normales actuellement (si l'on oublie la quantité longue). Par exemple : pense^es [pɑ̃seː], ſuborne^es (suborne^es) pour pensées [pɑ̃seə], ſubornées. Dolet précise bien qu'il faut se garder d'écrire l'accent aigu quand on note la contraction. Cette contraction peut se présenter dans d'autres mots : a^age [aːʒə] pour aage [aaʒə] (âge).
Dolet fait donc du circonflexe la marque des phonèmes amuïs : c'est bien une des principales fonctions actuelles de ce diacritique en français. Cependant, des exemples qu'il donne, peu utilisent encore cet artifice, hormis âge : dans vraiment, l'ancien e en hiatus n'est simplement plus écrit, dans les féminins pluriels comme pensées, aucune modification n'a été apportée, vraisemblablement pour conserver les marques flexionnelles, utiles à la lecture. Son témoignage offre un double intérêt : outre pour l'histoire de la typographie, il s'avère important pour la phonétique historique du français et permet de savoir que c'est à son époque que le e caduc (et d'autres voyelles) en hiatus a commencé à s'amuïr.

On peut laisser Dolet conclure lui-même : Ce ſont les preceptions [préceptes], que tu garderas quant aux accents de la langue Francoyse. Leſquels auſsi obſerueront tous diligents Imprimeurs : car telles choſes enrichiſſent fort l'impreſsion, & demõſtrent [démontrent], que ne faiſons rien par ignorance.

Modification du timbre des voyelles

Note : on ne traite maintenant, sauf mention contraire, que du circonflexe tel qu’il est utilisé actuellement.

La présence d'un circonflexe sur a, e et o note dans la majorité des cas un changement de prononciation :

â → [ɑ] (/a/ vélaire ou « postérieur ») ;
ê → [ɛ] (/e/ ouvert ; équivalent de è ou d'un e suivi de deux consonnes) ;
ô → [o] (/o/ fermé ; équivalent d’un o en fin de syllabe).
C'est parfois la seule raison expliquant la présence d'un tel accent dans un mot, qui disparaît dans la dérivation si la prononciation change : infâme [ɛ̃fɑm] (mais infamie [ɛ̃fami]), grâce [gʁɑs] (mais gracieux [gʁasjø]), fantôme [fɑ̃tom] (mais fantomatique [fɑ̃tɔmatik]). Toutefois, certaines irrégularités sont notables : bêtise est prononcé [betiz] avec un /e/ fermé, malgré la présence du ê, le mot ayant été formé directement sur bête [bɛt], sans respect de l'alternance. On attendait *bétise.

Dans des mots empruntés au grec, il note sporadiquement la présence d’un oméga (ω) dans le mot quand le o se prononce [o] (bien qu’oméga ait été prononcé [ɔ], c’est-à-dire /o/ long ouvert, en grec) : diplôme (de δίπλωμα), cône (κῶνος). La règle n'est pas cohérente puisque l'on trouve des mots d'origine grecque sans le circonflexe, comme axiome (ἀξίωμα), qui se prononce bien [aksjom]. Du reste, si le mot hérité du grec n'a pas gardé un [o], l'accent n'est pas utilisé : comédie [kɔmedi] (de κωμῳδία).

Outre le changement de timbre, la voyelle est parfois allongée (du moins pour les locuteurs qui pratiquent la quantité longue). Dans de nombreux accents, les oppositions de timbre entre les allophones des phonèmes /a/, /e/ et /o/ ne sont pas systématiquement respectées et ne fonctionnent qu'en variante combinatoire. C'est le cas, généralement, dans le sud de la France, où les locuteurs n'opposent pas [ɛ] et [e] / [ɔ] et [o] en syllabe ouverte, voire n'utilisent pas l'allophone [o]. On prononcera alors dôme [dɔm] et non [dom], par exemple. D'autre part, tous les locuteurs du français sont loin d'utiliser [ɑ]. Nombreux sont ceux qui diront alors [am] au lieu de [ɑm] pour le mot âme.

Article détaillé : Prononciation du français.

Dans de nombreux cas, un accent circonflexe indique que le mot contenait une lettre maintenant disparue parce que le phonème qu'elle notait s'est amuï avec le temps.

Disparition d'un ancien s

C'est, de loin, le phénomène le plus célèbre. La majorité des cas provient d'un /s/ en position appuyante, c'est-à-dire devant une autre consonne. Le /s/ devant une consonne s'est amuï au XIe siècle, aux alentours de 1066, entraînant un allongement compensatoire (et une fermeture permanente de la voyelle /o/), lequel s'est effacé après le XVIIIe siècle. Des néologismes postérieurs, cependant, ont pu introduire dans le lexique français de nouveaux mots contenant un /s/ appuyant. Comme on va le voir, la situation est complexe.

Bien que la graphie ait longtemps gardé la présence de ce /s/, on ne s'est décidé qu'au XVIIIe siècle (dès l'édition de 1740 du dictionnaire de l'Académie française) de s'en débarrasser et de noter cette disparition par le recours systématique à l'accent circonflexe, ce qui, de plus permet de préciser la prononciation de certaines voyelles le portant, comme o

Au XVIIe siècle, pourtant, quelques tentatives de modification de la graphie avaient vu le jour, sans grand succès. Pierre Corneille, à qui l'on doit aussi l'opposition entre é et è, utilisait dans ses textes le s long, ſ, pour indiquer qu'un s amuï allongeait la voyelle précédente et supprimait les s muets. Il donne les exemples suivants dans son avis au lecteur du Théâtre de P. Corneille, reveu [= revu] et corrigé par l'autheur (1664) :

s prononcé : peste, funeste, chaste, resiste, espoir ;
s amuï suivant une voyelle allongée par sa chute : tempeſte, haſte, teſte ;
s muet sans incidence sur le mot (ceux-ci s'écrivant à l'époque avec un s après le premier é) : vous étes, il étoit [= était], éblouir, écouter, épargner, arréter (mais arreſte !, avec un /e/ long, ce verbe connaissant une alternance).
La formation de mots savants ou récents tirés de radicaux dans lesquels un /s/ est en position appuyante a amené des familles de mots à utiliser, ou non, le circonflexe, selon que le /s/ est prononcé (dans des mots formés ou empruntés après 1066, qui n'ont donc pas connu l'amuïssement du /s/ appuyant, ou empruntés à des langues dans lesquelles ce phénomène n'a pas eu lieu) ou non (mots plus anciens). Dans certains mots anciens, cependant, le /s/ en position appuyante, qui s'est nécessairement amuï, n'a pas été corrigé dans la graphie ou bien a été replacé par influence d'un autre mot proche. Par influence de la graphie sur la prononciation, il a même pu de nouveau être audible.

Voici quelques exemples de mots issus d'un même radical latin :

feste (première attestation : 1080) → fête mais :
festin : emprunté au XVIe siècle à l'italien festino, d'où le maintien du /s/,
festoyer (vers 1170), prononcé fétoyer jusqu'à la fin du XIXe siècle (écrit avec ou sans s), époque à laquelle le s a été restauré dans la graphie puis dans la prononciation par analogie avec festin,
festivité : mot emprunté au latin festivitas au XIXe siècle, ce qui explique le maintien du /s/ appuyant,
festival : mot emprunté à l'anglais festival au XIXe siècle, d'où le maintien du /s/ appuyant.
Teste (vers 1050) → tête mais :
test (fin du XVIIe) : emprunt à l'anglais, d'où le maintien du /s/.
Fenestre (vers 1135) → fenêtre mais :
défenestrer (deuxième moitié du XXe siècle) : la formation tardive explique le maintien du /s/, le mot ayant été inspiré par le radical latin fenestra.
Castel (fin du Xe siècle) → château mais :
castel- dans de nombreux toponymes (Castelnaudary, Castelnau, Casteljau, ...). Ces toponymes d'origine occitane n'ont pas suivi la même évolution que les mots d'oïl, bien qu'issus d'un même étymon .
Ospital (vers 1170) → hôtel/hôpital mais :
hospitaliser (début du XIXe siècle) : de formation tardive à partir de l'étymon latin, d'où le maintien du /s/ appuyant.
hospitalité
Et aussi :

bastir → bâtir (mais bastide, par l'occitan) ;
Benoist → Benoît ;
beste → bête ;
conqueste → conquête ;
coste → côte ;
creistre → croître ;
forest → forêt ;
isle → île ;
ostel → hôtel ;
pasle → pâle,
Pasques → Pâques,
Pentecoste → Pentecôte, etc
Il convient de noter que dans de nombreux mots anglais empruntés au normand (et parfois revenus au français plus tard), un s devant une consonne sourde se prononce, au contraire de l'étymon français : forest ~ forêt, feast ~ fête, beast ~ bête, hospital ~ hôpital, etc. En effet, ces mots ont été apportés en Angleterre lors des conquêtes de Guillaume le Conquérant (bataille de Hastings, 1066) à une époque où ils se prononçaient encore en français. L'anglais n'ayant pas connu l'amuïssement, la consonne est restée. Au contraire, le s devant une consonne sonore est amuï dans les deux langues : isle [aɪɫ] ~ île car à l'époque de Hastings, il était déjà muet en français (ou normand). La séquence /s/ + consonne sonore (notée ici G) a en effet évolué plus vite que la séquence /s/ + consonne sourde (notée K) :

/s/+/G/ → /zG/ → /G/ (avant 1066) ;
/s/+/K/ → /K/ (après 1066).
Disparition d'autres lettres

Outre s, d'autres lettres amuïes ont été représentées par un accent circonflexe. C'est le cas des voyelles en hiatus dont la première ne se prononçait plus ou qui s'était contractée avec la suivante :

aage → âge ;
baailler → bâiller ;
saoul → soûl (les deux orthographes étant admises) ;
Le cas est fréquent dans des mots où -u est issu d'anciennes diphtongues médiévales ëu /ey/ (le tréma n'est pas écrit à l'origine) venues à se prononcer /y/ mais écrite de manière conservatrice eu. Il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour que la graphie, hésitant entre ëu (le tréma sert aussi, en français, à marquer une voyelle muette), eu ou û, se fixe sur û :

deu → dû (de devoir) ;
meu → mû (de mouvoir) ;
creu → crû (de croître) ;
seur → sûr ;
cruement → crûment ;
meur → mûr.
Certaines formes ont été concernées qui, aujourd'hui, ne prennent plus l'accent : seü → sû → su (de savoir) ou peu → pû → pu. Pour les verbes, en vertu de l'analogie, les participes passés en -u ne prennent un accent que pour éviter les homographies possibles (voir plus bas).

Dans le cas du mot dîme, l'accent circonflexe provient de l'amuïssement d'un x :

dixme → dîme : la 4e édition du Dictionnaire de l'Académie française (1762) note qu'« on ne prononce point l'X qui ne sert qu'à allonger la première syllabe ». L'édition suivante (1798) adoptera la graphie dîme.

Parfois, l'accent circonflexe n'a pas d'origine précise. Il peut, par exemple, être ajouté à un mot pour le rendre plus prestigieux : c'est le cas dans trône, prône ou suprême. D'autre part, à la première personne du pluriel du passé simple de l'indicatif, l'accent circonflexe n'a été ajouté que par analogie avec celui, motivé, de la deuxième personne du pluriel :

latin cantastis → ancien français chantastes → chantâtes (après amuïssement du /s/ appuyant) ;
latin cantavimus → ancien français chantames → chantâmes (par contamination avec chantâtes).
Cet accent est maintenant obligatoire à toutes les premières personnes du pluriel du passé simple.

Parfois, la seule explication est une probable imitation d'un autre mot où l'accent se justifie : traître imite maître (de maistre), drôle imite rôle (où l'accent ne sert qu'à préciser la prononciation fermée du /o/).

Alors que, normalement, c'est l'accent grave qui sert principalement de signe discriminant en français (là ~ la, où ~ ou, çà ~ ça, à ~ a, etc.), le circonflexe, pour des raisons historiques, en est venu à jouer un rôle semblable. En fait, les cas d'homographies évitées sont quasiment tous explicables par les raisons qu'on a vues plus haut : il serait donc faux de dire qu'il est dans certains mots un signe discriminant qu'on aurait ajouté comme on l'a fait avec l'accent grave. De fait, il permet cependant de lever des ambiguïtés, ce qui, dans les mots en u issu de eu, lui a permis d'être parfois conservé. On a en effet montré que les accents circonflexes issus d'anciennes diphtongues eü monophtonguées en ëu [y] puis écrites u ont été éliminés sauf quand ils s'avéraient utiles en cas d'homographie, comme pour su ─ et non *sû ─ venant de seü/sëu.

Les couples suivants sont à noter :

sur ~ sûr(e)(s) (de seür → sëur) : l'homographie avec l'adjectif sur(e), « aigre », justifie le maintien de l'accent au féminin et au pluriel, lequel reste aussi aux dérivés comme sûreté ;
du ~ dû (de deü) : comme l'homographie disparaît aux formes fléchies du participe passé, on a dû mais dus / due(s) ;
mur ~ mûr(e)(s) (de meür) : le maintien de l'accent à toutes les formes ainsi qu'aux dérivés (mûrir, mûrissement) doit être signalé ;
cru ~ crû(e)(s) (de creü) : le maintien de l'accent à toutes les formes évite les confusions avec les allomorphes de l'adjectif cru ;
chasse ~ châsse : là, l'accent de châsse n'indique que la prononciation vélaire du /a/. Le fait qu'il existe un homographe semble secondaire mais peut justifier le maintien du circonflexe. Le caractère discriminant de l'accent apparaît donc concomitant à son rôle phonétique ;
vous dites (présent) ~ vous dîtes (passé simple, de deïstes puis distes) : le caractère discriminant du circonflexe est là aussi dû au hasard ;
il parait (imparfait de parer) ~ il paraît (présent de paraître issu de paroist) : accent discriminant fortuit ;
dans le mot piqûre, l'accent sert à indiquer, outre qu'il y a là une ancienne diphtongue ëu (on trouve picqueure dans l'édition de 1694 du dictionnaire de l'Académie), que le u ne fait pas partie du digramme normal qu mais qu'il se prononce bien.

La dernière voyelle d'un verbe à la troisième personne du singulier au subjonctif imparfait porte toujours un accent circonflexe, pour des raisons étymologiques : ancien français (qu'il) chantast → (qu'il) chantât, (qu'il) conëust → (qu'il) connût ; la présence de cet accent peut complètement modifier le sens d'une phrase. Par exemple,
« Je rêvais d'une femme qui fût belle » (verbe à l'imparfait du subjonctif)
a une signification très différente de
« Je rêvais d'une femme qui fut belle » (verbe au passé simple ; cet exemple est dû à Jacques Cellard) ;
le verbe haïr est l'un des seuls qui, au passé simple de l'indicatif et au subjonctif imparfait, ne prennent pas le circonflexe attendu car la voyelle qui devrait en être frappée a déjà le tréma : nous haïmes, vous haïtes, qu'il haït ;
l'accent circonflexe, lorsqu'il frappe un radical verbal, se maintient par analogie même si la prononciation de la voyelle qui le porte ne le justifie pas : je rêve (de je resve) [ʁɛv] mais rêver [ʁeve] ;
le maintien du /s/ appuyant amuï dans la flexion du verbe être (de estre) s'explique par sa fréquence d'emploi : il est n'est jamais devenu *il êt ;
l'alternance que suivent les verbes de la famille de naître, plaire et paraître mérite d'être signalée car seule la troisième personne du singulier au présent de l'indicatif porte l'accent : je / tu plais mais il plaît (de ploist). Aux autres formes, en effet, il n'y a pas de /s/ en position appuyante.
↑ Revenir d'une section
Masquer Orthographe de 1990

Conscients des grandes difficultés que représente l'emploi de l'accent circonflexe et du nombre d'incohérences dans son emploi, les experts représentant les instances francophones compétentes chargées de mettre au point des simplifications de l'orthographe officielle du français ont proposé en 1990 des rectifications orthographiques, publiées au Journal officiel de la République française. Le circonflexe devient optionnel sur i et u sauf dans les cas où cela entraîne une ambiguïté (il croît ─ verbe croître ─ garde son circonflexe pour se différencier d'il croit ─ verbe croire).

Ces recommandations sont peu appliquées en France alors qu'elles ont été entérinées en Belgique et au Canada par les Conseils de la langue française ainsi que par le Conseil international de la langue française (pour la francophonie).

Les listes ci-après recensent les mots comportant un accent circonflexe figurant dans la dernière édition de au moins un des dictionnaires d'usage courant suivants : Larousse, Robert, Hachette ou Littré.

Certains dictionnaires recensent les doubles graphies issues de la recommandation de 1990 entrées partiellement dans l'usage. Ainsi le Littré admet le mot "boite" , mais pas le Larousse. A contrario, le Littré n'admet pas la graphie "connaitre", alors que celle-ci est issue de la même recommendation de 1990.

Accent sur le “a”
abâtardir bâfrer bleuâtre châtelain enchâsser gâte-sauce lâcher opiniâtrement plâtras remâcher
abâtardissement bâillement brunâtre châtier entrebâillement gâteux/gâteuse lâcheté opiniâtreté plâtre renâcler
acariâtre bâiller câblage châtiment entrebâiller gâtisme lâcheur/euse pâle plâtrer replâtrage
âcre bâilleur/se câble châtrer êta grâce mâche pâleur plâtres replâtrer
âcreté bâillon câbleau crâne fâché/ée grisâtre mâchefer pâlichon/onne plâtreux/treuse rosâtre
âge bâillonnement câbler crânement fâcher hâbler mâcher pâlir plâtrier rougeâtre
âgé/ée bâillonner câblerie crâner fâcher (se) hâblerie mâchicoulis pâlot/otte rabâchage roussâtre
albâtre bât câbleur/euse crâneur/euse fâcherie hâbleur/euse mâchoire pâmer (se) rabâcher saumâtre
âme bâtard câblier crânien/enne fâcheusement hâle mâchonnement pâmoison rabâcheur/euse tâche
âne bâtard/de câblo-opérateur débâcher fâcheux/euse hâlé/ée mâchonner pâque râble tâcher
ânesse bâtarde câblot débâcle flâner hâler mâchouiller pâquerette râblé/e tâcheron
ânier bâtardise câlin/ne dégât flânerie hâte mâle Pâques râle tâter
ânier/ère bâté/ée câliner démâter flâneur/flâneuse hâter mânes pâte râler tâte-vin
ânonnement bâter câlinerie déplâtrage folâtre hâtif marâtre pâté râleur/euse tâtonnement
ânonner bâti câpre déplâtrer folâtrer hâtivement mât pâtée râpe tâtonner
appât bâtiment câprier désenchâsser gâchage hâve mâtin pâteux/euse râpé/ée tâtons (à)
appâter bâtir carton-pâte deux-mâts gâche idolâtre mâtin/mâtine pâtir râper théâtral/e
âpre bâtisse châle disgrâce gâcher idolâtrer mâtiné(e) pâtisserie râpeux/euse théâtralement
âprement bâtisseur/euse châlit dos-d'âne gâchette idolâtrie mâture pâtissier râteau théâtraliser
âpreté bâton châsse douceâtre gâcheur/gâcheuse infâme Moyen Âge pâtissière râteler théâtre
âtre bâtonnet châssis embâcle gâchis jaunâtre moyenâgeux/euse pâtisson râtelier trois-mâts
bâbord bâtonnier châtaigne empâté/ée gâté/ée lâchage mulâtre/tresse pâtre rebâtir verdâtre
bâche bellâtre châtaigneraie empâtement gâteau lâche multitâche pâturage relâche violâtre
bâcher blâmable châtaignier empâter gâte-bois lâche noirâtre pâture relâché/ée
bâclage blâme châtain emplâtre gâter lâchement olivâtre pâturer relâchement
bâcler blâmer château enchâssement gâterie lâcher opiniâtre plâtrage relâcher
 
Accent sur le “e”
abêtir bêler conquête désentêtée enchevêtrure fêtard/e guêtre peut-être protêt serre-tête
abêtissant benêt contre-enquête désentêtement enquête fête hêtre pimbêche quête sous-vêtement
abêtissante benêt/e crêpage désentêter enquêter Fête-Dieu honnête poêle quêter suprême
abêtissement bêta crêpe déshonnête enquêteur/euse/trice fêter honnêtement poêle quêteur/euse suprêmement
acquêt bêta/asse crêpe déshonnêtement entêtant/e forêt honnêteté poêlée rêche survêtement
alêne bête crêper déshonnêteté en-tête forêt-galerie intérêt poêler reconquête tempête
ancêtre bêtement crêperie désintérêt entêté/e forêt-noire malhonnête poêlon rêne tempêter
apprêt bêtifiant/e crêpier dévêtir entêtement frêle malhonnêtement pont-l'évêque repêchage têt
apprêtage bêtifier crêpière dzêta entêter frênaie malhonnêteté porte-fenêtre repêcher têtard
apprêter bêtise crête écrêtement entremêler frêne marin-pêcheur prêche requête tête
appui-tête bêtisier démêlage écrêter étêtage garde-pêche martin-pêcheur prêcher rêvasser tête-à-queue
archevêché bien-être démêlant/te embêtant/te étêtement gênant/e mêlée prêcheur/cheuse rêvasserie tête-à-tête
archevêque blême démêlé embêtement étêter gêne mêler prêchi-prêcha rêve tête-bêche
arête blêmir démêlement embêter être gêner même prêle rêvé/ée tête-de-nègre
arêtier blêmissant/te démêler embêter (s') être genêt mi-carême prêt revêche têtière
arrêt blêmissement démêloir emmêlement eurêka gêneur/se mieux-être prêt/prête rêver têtu/e
arrêté carême dépêche emmêler évêque grêle pêche prêt-à-porter revêtement trêve
arrêter casse-tête dépêcher empêché/ée extrême grêle pêché prêté/ée revêtir tue-tête (à)
baptême champêtre dépêcher (se) empêchement extrêmement grêlé/ée pêcher prête-nom rêveur vêlage
bêchage chênaie dépêtrer empêcher extrême-onction grêler pêcher prêter rêveusement vêlement
bêche chêne dépêtrer (se) empêcheur/euse extrême-oriental/ale grêlon pêcherie prêteur/euse saisie-arrêt vêler
bêcher chêne-liège désempêcher empêtrer fêlé/ée guêpe pêcheur/euse prêtre salpêtre vêpres
bêcheur/euse chevêche désempêtrer enchevêtrement fêler guêpier pêle-mêle prêtresse sang-mêlé vêtement
bêlement chrême désentêté enchevêtrer fenêtre guêpière pêne prêtrise sans-gêne vêtir
 
Accent sur le “i”
abîme boîton déchaîné/ée dînette entraîner gîte maître-assistant minichaîne reconnaître traînailler
abîmé chaîne déchaînement dîneur/euse entraîneur/euse gîter maître-autel naître remboîter traînant/te
abîmée chaînette déchaîner disparaître entraîneuse huître maître-chien noroît renaître traînard
abîmer chaînon décroître emboîtage épître île maître-couple ouvre-boîte renfaîtage traînasser
accroître cloître défraîchi/ie emboîtement faîtage îlien maître-cylindre ouvre-boîtes renfaîté traîne
aîné cloîtrer défraîchir emboîter faîte îlienne maître-nageur paraître renfaîtée traîneau
aînesse comparaître désemboîter enchaînement faîteau îlot maître-penseur petit-maître renfaîter traînée
apparaître connaître désenchaîner enchaîner faîtière îlotage maîtresse presqu'île repaître traîner
bélître contremaître désengaîner enfaîteament fraîche îlotier maîtrisable puîné/ée sous-maître traîne-savates
benoît/e contremaîtresse dîme enfaîteau fraîchement laîche maîtrise quartier-maître surcroît traître/esse
benoîtement croître dîner enfaîter fraîcheur maître maîtriser rafraîchir surentraîné/ée traîtreusement
boîte déboîtement dîner entraînant/e fraîchir maître/tresse maraîcher/chère rafraîchissant/te surentraînement traîtrise
boîtier déboîter dîner-spectacle entraînement gîte maître-à-danser méconnaître rafraîchissement traînage transparaître
 
Accent sur le “o”
à-côté bômé/ée côte diplôme entrepôt hôtellerie nôtre prôse rôtisserie trinôme
alcôve chômage côté diplômé/ée fantôme hôtesse nôtres ptôse rôtisseu/euse trône
allô chômé/ée côtelé/ée dôme frôlement hôtesse ôté/ée pylône rôtissoire trôner
apôtre chômer côtelette drôle frôler icône ôter rhô sitôt ventôse
arôme chômeur/euse côtier/ière drôlement garde-côte impôt patenôtre rôder suppôt vôtre
aumône clôture côtoiement drôlerie geôle incontrôlable Pentecôte rôdeur/euse symptôme vôtres
aumônerie clôturer côtoyer enjôlement geôlier incontrôlé/ée plutôt rôle tantôt
aumônier côlon dépôt enjôler geôlière mi-côte (à) pluviôse rôle-titre tôlard
aussitôt cône dépôt-vente enjôleur/euse gnôle môle pôle rôt tôle
bas-côté contrôlable désembâtonné/e enrôlé hôpital môme polynôme rôti tôlerie
bientôt contrôle désenrôlement enrôlement hôte monôme prévôt rôtie tôlier/ière
binôme contrôler désenrôler enrôler hôtel navire-hôpital prévôté rôtir tôllier
bôme contrôleur/euse détrôner entrecôte hôtelier/hôtelière nivôse prôner rôtissage tôt
 
Accent sur le “u”
affût assidûment brûleur bûcheur/euse dégoûtant/te encroûté/ée fût jeûner mûrisserie sûr/e
affûtage avant-goût brûlis casse-croûte dégoûté/ée encroûtement goulûment jeûneur/jeûneuse piqûre surcoût
affûté/ée barrage-voûte brûloir continûment dégoûter encroûter goût moût ragoût sûrement
affûter brûlage brûlot coût désencroûtement envoûtant/e goûter mûr ragoûtant/te sûreté
affûteur brûlant/te brûlure coûtant désencroûter envoûtement goûter mûre soûl surpiqûre
affûteuse brûlé bûche coûter désenvoûter envoûter goûteur mûrement soûl(e) voûtain
affûtiaux brûlé/ée bûcher coûteux/euse dessoûler envoûteur goûteuse mûrier soûlant/te voûte
août brûle-parfum bûcher croûte dû envoûteuse goûteux/goûteuse mûrir soûlaud voûté/ée
aoûtat brûle-pourpoint (à) bûcheron croûton dû/due flûte incongrûment mûrissage soûler voûter
aoûtien/enne brûler bûcheronne crûment dûment flûtiau indûment mûrissant soûlerie
arrière-goût brûlerie bûchette dégoût embûche flûtiste jeûne mûrissement soûlot
 









Révisez bien, demain interro Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Laxatif :
Arias 

avatar

Masculin Age : 26
Date d'inscription : 07/06/2011
Nombre de messages : 2596
Emploi/loisirs : Ingé Info

MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   Jeu 23 Juin 2011, 11:18

WTF, je prefère cacher ce post en disant quelquechose d'un ordre tout à fait different:

Quelques semaines apres voir signé un accord avec Microsoft, le groupe Gorillaz annonceait la composition de leur album "The Fall" (traduisez ici "l'automne" et non "la chute") uniquement sur IPad... Pour un coût total de... moin de 150 dollars d'applications^^

Ils ont décidé de mettre cet album en téléchargement gratuit sur le net après remasterisation en studio : )

http://www.winmacsofts.com/2010/12/the-fall-lalbum-de-gorillaz-en-telechargement-gratuit-sur-internet/

Ca c'est un vrai groupe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contacter Arias :
Contenu sponsorisé 




MessageSujet: Re: Post qui ne sert a rien   

Revenir en haut Aller en bas
Contacter Contenu sponsorisé :
 

Post qui ne sert a rien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Ne reste pas chez toi, ça n'sert à rien... E&C
» Raid : le sondage qui sert à rien
» Top 10 qui sert à rien : Les meilleurs jeux pour pigeons
» google image ( se sujet de sert a rien, passer votre chemin)
» Anniversaire qui sert probablement a rien, avec un long titre :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utopia Wow :: Lune d'Argent :: Flood Zone ( Voyageurs )-